Education : une nouvelle école nécessaire

IDEAS propose un système éducatif contemporain

L’intégralité du système éducatif français est obsolète. L’éducation est pourtant la plus importante source de dépenses mais c’est surtout le fondement de notre société. Un excellent système éducatif permet à nos enfants de s’ouvrir sur le monde, de vivre, de grandir dans les meilleures conditions et de s’assurer un avenir heureux. Absents du système actuel, ces trois principes décrivent une école nouvelle, une école qui deviendrait possible grâce à l’accès à l’autonomie en Savoie.

L’autonomie telle qu’IDEAS la propose (avec une assemblée, une équipe gouvernante régionale et un budget/financement indépendant) permettrait la réorganisation du système éducatif et l’application de cette nouvelle école avec l’appui d’un budget confortable.

L’ouverture sur le monde

Aujourd’hui l’apprentissage des langues étrangères est la plus grande lacune de l’éducation à la française. Malheureusement, dans un contexte globalisé, ces lacunes deviennent de véritables inconvénients à l’arrivée sur le marché du travail. De plus en plus d’entreprises, et surtout ici en Savoie, sont des entreprises internationales. L’époque économiquement difficile que nous traversons demande à nos entreprises de conquérir de nouveaux marchés à l’étranger et à notre territoire de s’ouvrir aux firmes étrangères sans barrières linguistiques. Les élèves les plus modestes, sans aides extra scolaires, ne doivent pas être mis en échec à cause du système français. Pour toutes ces raisons, l’anglais doit être enseigné régulièrement : en primaire plusieurs heures par semaine à l’oral, et par 5 heures ou plus de cours hebdomadaires au collège et au lycée.

Les meilleures conditions

Il faut d’abord savoir que d’excellentes conditions ne dépendent pas forcément du nombre d’élèves par classe. En France, les politiques courent toujours après le nombre d’élèves par classe, ne se préoccupant jamais des véritables conditions d’enseignement, les conditions de fond.

C’est ici une autre lacune du système français : laisser tomber les moins bons, ne pas encourager, ne pas féliciter. Sur ce point, il faut emprunter au modèle américain l’une de leurs réussites, celle de l’encouragement et de l’enthousiasme à l’école. C’est une tout autre façon d’aborder les élèves et les programmes scolaires. Une méthode qui facilite l’intégration, le respect des différences, le dépassement de soi et la confiance en soi. Ce sont des qualités à inculquer à nos jeunes qui sont primordiales pour leur réussite personnelle et professionnelle futur et donc pour l’avenir de notre société et des futurs générations.

De nouveaux supports pour enseigner

L’école oubli aussi que les nouvelles technologies apportent une immensité de logiciels créatifs et de surcroît qui passionnent les jeunes. Graphisme, pub, cinéma, musique tous les arts, appliqués ou non, s’y retrouvent et transforment un simple PC en un objet capable de décupler la créativité. Les possibilités d’intégration au cursus général et à tous les cycles de l’éducation sont multiples et doivent être étudiées. Les modes d’apprentissages doivent évoluer avec la société. Internet est l’une des plus grandes sources de données que l’on est jamais connu. Utilisé intelligemment, il permet d’apprendre, de partager, de créer et de se confronter aux autres. Pour ces raisons et parce que ce sont des principes en adéquation avec l’enseignement, le web doit faire partie intégrante des programmes en tant que support et outil d’apprentissage.

Publicités

A propos Andy Sztark

Né à Sallanches le 20 décembre 1991, actuellement expatrié en Asie. Diplômé de l'Université de Savoie et de l'Institut d'Urbanisme de Grenoble, j'étends l’indépendantisme savoisien à une réflexion plus approfondie à l'aide d'analyses économiques et géopolitiques abouties. Influencé par l'école autrichienne d'économie, j'affecte toute mon attention au respect des libertés fondamentales. Vous pouvez vous aussi écrire et être publié sur IDEAS, contactez nous ! Ce blog est le fruit de recherches, de rencontres et de voyages ; des engagements et des réflexions en quête d’échos.
Cet article a été publié dans Accueil, Institutions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Education : une nouvelle école nécessaire

  1. Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’une nouvelle école est nécessaire, mais alors je ne suis pas forcément d’accord avec tes conclusions!

    L’anglais, vaste sujet auquel je n’ai pas de réponse…

    L’ouverture sur le monde est très importante, et tu as raison, les français, Italiens et Espagnols, sont plutôt mauvais avec l’anglais.
    Mais regarde comment les Québécois font tout pour défendre le français. Bien plus que les Français eux-mêmes. Ils se rendent bien compte qu’il est très facile de transformer sa langue en une langue morte.
    Si tu fais un tour dans les pays nordiques, tu trouveras cela cool de voir des émissions américaines en VO, des produits sans traduction…
    Mais c’est perdre énormément de richesse. Je ne veux pas à Tokyo, manger du mcdo et parler anglais.

    Je sais que ton sujet n’est pas celui-là, mais j’ai envie d’ajouter qu’il ne faut pas confondre ouverture sur le monde et abandon de notre façon typique de réfléchir. La langue et les mots définissent le processus de réflexion.
    C’est peut-être pour cela que les Anglo-saxons sont brefs et concis et donc dans l’action alors que nous sommes plutôt à l’aise avec des discussions philosophiques sur le monde…

    Est que ton maçon, plombier, facteur… a réellement besoin d’apprendre l’anglais, si ce n’est pour sa culture?
    Je suis pour l’apprentissage de l’anglais d’une manière vraiment plus intensive et plus efficace, mais cela doit se faire si le besoin se fait ressentir.
    La mondialisation ne sauvera pas la Savoie.
    M’en fout je suis bilingue depuis longtemps, et je répète à mes amis anglo-saxons, la phrase de Georges Clémenceau « L’Anglais ? Ce n’est jamais que du français mal prononcé. »

    Pour les meilleures conditions, je suis d’accord, même si je pense qu’il y a un véritable problème sur la formation des profs.
    Comment peut-on donner des cours sports, français, math, … sans être passionné?
    Pour cela rien de tel que de travailler dans ce milieu avant de pouvoir l’enseigner.
    Pour en revenir à l’anglais, avoir des profs d’anglais qui n’ont jamais vraiment vécu et travailler à l’étranger, c’est impensable, et pourtant!

    Pour les nouvelles technologies, c’est pareil, il faut se méfier. Je suis pour, mais regarde avec les études sur les tablettes dans l’éducation américaine: Les jeunes ne progressent pas, par contre passent leur journée à s’envoyer des emails et à checker facebook.
    Il faut donc leur redonner l’envie d’apprendre avant tout.

    Bon j’arrête là
    Je crois que l’éducation est vraiment un vaste sujet, plein de passion.
    Pour moi, il faudrait repartir vraiment sur de nouvelles bases en commençant de la maternelle, en trouvant un consensus sur l’utilité de l’école.
    Je n’ai pas la même ambition pour l’école que les syndicats 🙂

Participer & Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s